Moriderthus

Bien plus large que la colonie d’immigrant d’autrefois, Moriderthus à quitté son surnom du « Temple de la raison » pour celui de « Capitale de non vie ».

En effet, sous l’influence de la Haute prêtresse, et de son mentor Liche, la ville s’est développée en intégrant entièrement à son fonctionnement les morts vivants.
A l’opposée même de la Traque des mages noirs du siècle passé, il ne choque désormais plus personne de voir les morts arpenter les rues, ils sont même souvent vu d’un très bon œil puisque utilisé comme main d’œuvre gratuite pour les tâches ingrates et le dur labeur.

Les citoyens vivants de la capitale possèdent tous, par foyer une amulette de contrôle, leur permettant de commander un ou plusieurs mort, et leur facilitant ainsi la vie. Mais attention, si tout semble idyllique dans cette ville ce n’est pas le cas. Porter une amulette de contrôle est une tâche épuisante, et nombres sont les cas de mort prématurée de ceux qui auraient voulu contrôler plus que de raisonnable. Dans le cas de mort par perte de contrôle, la « Brigade de la dernière mort » intervient le plus rapidement possible pour achever l’ancien citoyen ; en effet le prix à payer pour ceux qui fraye avec la nécromancie est le même pour tous, la non mort ; mais dans une forme bien plus terrible que celle employée par le peuple puisque la personne devient un mort sentient et enragé, dont la première préoccupation est de détruire son ancienne famille.

Dans Moriderthus, le rang n’est pas déterminé par le lignage ou la richesse, mais par la force d’esprit.
A la maturité, les citoyens se voient présenté les amulettes de contrôle, et tentent d’en posséder un maximum, quitte parfois à en mourir.
Qu’importe qu’il soit née dans le haut quartier, si le fils d’un baron ne peut pas exercer de contrôle, il ira vivre dans les bas fonds ; et inversement.

La Brigade de la dernière mort est une escouade directement sous le contrôle de la Haute prêtresse, et dont le rôle est le maintient du contrôle sur les morts, quelqu’en soit le prix.
Cette tâche souvent mal comprise par les citoyens leur vaut une animosité à peine dissimulée par ceux qui pense que leurs parents peuvent encore être guéris, et ceux qui ne voit en eux qu’une simple force chaotique, abattant des ouvriers aléatoirement dans la ville.

Grâce à la tutelle de la Liche, Anna Tombelune, Grande prêtresse de Moriderthus, à totalement quitté le service de Connaissance pour se dévouer aux arts noir, et progressivement étendre son pouvoir sur toute la ville, et corrompant à tours de bras en son service. Ce n’est qu’après sa libération et disparition qu’Anna se rendit compte de assujettissement qu’il exerçait sur elle. Libérée de son emprise, mais conservant tout le savoir qu’elle avait accumulé, elle décida de mettre en place l’emploi des morts de façon publique, afin d’augmenter rapidement la puissance de sa cité, et pour la faire émerger de la période sombre dans laquelle elle s’était égarée.

Ilkaz, Arpenteur de Matéria

Moriderthus

Le monde de Materia Nol